Chapitre 7: Vérité... et?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

09112013

Message 

Chapitre 7: Vérité... et?









 
 
 
 
 
-                                 Tu m’aimes… ?
-                                 Oui…
                        Qu’il était dur de contenir son émotion grandissante… Depuis combien de temps aurait-il voulu entendre ces mots, ces tout petits mots chargés d’espoir ? Sans doute depuis que lui-même s’était rendu compte que son affection pour son ami d’enfance allait bien au-delà d’une camaraderie… Depuis leurs transitions à tous les deux en fait, depuis qu’il avait découvert que ses hormones rentraient en combustion spontanée dés que Qhuinn était à moins de dix mètres. Ce qui, avant leur brouille, arrivait presque constamment. Et pourtant, il y avait toujours cette fichue crainte que ce ne soit pas tout à fait ce qu’il voulait… Crainte alimentée par le fait que Qhuinn se tassait sur lui-même, tout penaud et semblant redouter une réaction violente, comme une magistrale mandale dans la figure.
                        Et ce cas de figure n’était pas encore exclu…
-                     Eh ! C’est moi l’homo qui craint la réaction d’un hétéro quand je lui dis que je le désire et que ça risque de mettre en péril sa virilité ! Toi, tu es le type qui sait pertinemment que je le désire depuis toujours !
-                     Je sais… mais je… Tu sais quoi ? Je vais te laisser parler, en fait.
-                     Pourquoi ? tu veux que je trouve des excuses pour ne pas faire cette relation à ta place ?
-                     Non ! Non… C’est juste qu’avec mon tact habituel, tu vas mal prendre mes intentions, je vais encore m’embrouiller comme c’est pas permis et… J’ai vraiment plus envie qu’on se fâche…
-                     Donc, tu me laisses… Quoi ? Répondre ?
-                     Si… tu le veux bien…
Blay se cala contre le fauteuil et tenta de faire taire deux voix dans son esprit : l’une qui le suppliait de se mettre à genoux devant Qhuinn et de le couvrir de caresses et de mots doux et la deuxième qui lui ordonnait de commencer par la mandale susmentionnée et de continuer en lui brisant les genoux. Comme ça. Juste pour la vengeance… Mettant de coté son Blay-Fleur-Bleue et son Blay-brutasse, le jeune vampire se mit à réfléchir, se sachant très bien entre les deux. Mais il y avait une voix qui était couverte par les deux précédentes et qui n’avait pas encore eu le temps de s’exprimer. Et qui en avait grand besoin.
-          Avant de répondre… J’ai besoin d’éclaircissements. Je veux comprendre pourquoi.
-          Pourquoi quoi ?
-          Pourquoi tu m’aimes ?
Il s’était attendu à ce que Qhuinn s’embrouille à nouveau, qu’il bafouille, qu’il se torde nerveusement les mains mais celui-ci eut un doux sourire lointain qui le fit fondre complètement.
-          Parce que.
-          Pardon ?
-          Je n’ai pas besoin de raisons pour t’aimer. Oh, y’en a des tas, sois-en sur ! Tu es intelligent, drôle, sexy, loyal… Bourré de plus de qualités que je ne peux en dénombrer mais ce ne sont que des excuses. Je t’aime parce que tu es toi et que je n’imagine pas continuer à vivre sans toi. Malgré mes précédents plans à la con…
-          Du genre ?
Qhuinn soupira. Son Blay  du futur n’avait pas bien accepté ses plans à l’époque, il y avait peu de chances que ça passe mieux une seconde fois.
-          Et bien… Soit mourir à trente ans, soit trouver une Elue pour montrer à ces connards de la Glymera que je vaux mieux que ce qu’ils m’ont fait.
-          C’est une plaisanterie ?
Dans l’esprit de Qhuinn, la musique d’un jeu de baston commença à se faire entendre avec l’annonce du commentateur : « Round 1… Fight ! »
-          Eh… J’ai jamais dit que c’étaient de bonnes idées… Loin de là. Mais jusqu’à très récemment, je ne pensais avoir que ça comme options.
-          C’est même carrément stupide, oui ! Bordel, Qhuinn ! Tu sais très bien que ma famille t’aurait accueilli chaleureusement si le Roi n’avait pas trouvé la parade de l’Asthrux Nosthrum !
-          De un, non, je ne le savais pas. Tes parents sont des gens merveilleux, Blay… Mais ils y auraient pensé à deux fois avant de m’accueillir, tout simplement parce que ça risquait de mettre en péril toute leur famille. Et avant que tu ne prennes la mouche, rajouta Qhuinn en levant la main pour que Blay se rassoit et se calme, c’est une réaction tout à fait normale… J’étais un paria avec une sacrée dette sur le dos, sans compter que j’avais tué le fils du Leadhyre de l’époque. Tes parents sont bons. Mais ils ne sont pas Mère Thérésa.
-          On aurait trouvé un moyen… Et ça n’explique pas pourquoi tu as refusé.
Le vampire brun sourit devant la mine butée de l’amour de sa vie.
-          J’ai l’habitude de causer des problèmes par ma seule présence, Bébé…
-          Arrêtes de m’appeler comme ça.
-          … Je ne voulais pas en causer à la seule famille qui m’a toujours bien traité et à la famille du seul vampire avec qui je veux passer le reste de ma vie.
-          En m’abandonnant… ?
-          Blaylock. Si je pouvais réfléchir à long terme, ça se saurait.
Mais Blay refusa de trouver ça drôle ni même d’y voir une main tendue, un sorte d’excuse. Il croisa les bras et entretint consciencieusement sa colère.
-          Tu m’as abandonné une fois… Tu m’as rejeté deux fois… Qui me dit que ce n’est pas une passade et que tu ne vas pas me jeter une fois que tu auras compris que finalement, baiser une élue et s’unir avec sera mieux pour tout le monde ??
-          Parce que ce n’est pas le cas. Te voir avec Sax m’a rongé de l’intérieur… Mais ce n’était pas… Ce n’était pas de la jalousie.
-          Pardon ?
-          Bon… Pas que… Mais principalement de la haine. Contre moi. Je t’ai blessé parce que je pensais que je faisais pour le mieux, pour ton bien. Mais tout au fond de moi, je savais que je me plantais. Parce que je me conformais à ce que mon père voulait…
Blay en resta bouche bée quelques instants avant de replonger dans son paquet de cigarettes. Il s’y reprit à deux fois avant de pouvoir l’allumer.
-          J’aime pas te voir avec ça à la bouche, Blay…
-          Va te faire foutre…
-          Surtout qu’il y a des choses bien plus intéressantes que tes lèvres pourraient entourer…
Blay releva les yeux sur la mine égrillarde de Qhuinn qui ne laissait aucun doute sur le sous-entendu sexuel de cette phrase. Il vira instantanément au rouge pivoine.
-          M… Mais… Qhuinn !
-          Ben quoi ? c’est pas vrai, peut-être ?
-          Tu… Tu es conscient de ce que tu me proposes ?
-          Oui, parfaitement : Ma queue dans ta bouche. Et si je pouvais avoir en prime ta queue dans ma bouche, ce serait le paradis.
-          QHUINN !
La faute en était sans doute à son imagination trop fertile assortie à son corps de jeune vampire en pleine santé mais le rouquin se sentit bouillir de l’intérieur. Rester sur la colère froide et détachée était devenu totalement impossible. Et ce salopard aux yeux dépareillés qui avait son petit sourire en coin… Blay songea de plus en plus à le frapper.
-          Tu… Je… Qu’est-ce que tu fais ?
Et évidement, suite à l’image que Qhuinn lui avait mis à l’esprit, la moitié de ses neurones avaient dû griller puisqu’il ne pouvait plus parler qu’en bégayant.
-          Je te fais des avances. Répondit calmement celui-ci en croisant les jambes. D’ordre sexuel. Le genre de truc moite et passionnel, tu vois ?
-          Sainte Vierge, si c’est juste pour le sexe, tu…
-          Oh non ! Mon plus grand fantasme te concernant est de dormir la tête contre ton ventre pendant que tu me caresses les cheveux et que tu lis un livre.
Blay, qui s’était levé à moitié, sans doute pour saisir Qhuinn et lui coller quelques baffes, se rassit immédiatement, terrassé par la tendresse du ton. Lui aussi avait eu des fantasmes de ce genre… Comme se balader la main dans la main ou poser sa tête contre la poitrine de Qhuinn et se laisser bercer par le rythme de son cœur… Mais pour le reste, il devait bien avouer que ses fantasmes de Qhuinn étaient moites et passionnels.
-          Je…
Non… Impossible d’avoir une conversation posée à l’heure actuelle. Toutes les émotions qui s’étaient tues depuis tellement longtemps s’agitaient furieusement sous sa peau et s’entremêlaient à lui en faire mal. Il écrasa furieusement sa cigarette manquant sciemment le cendrier. Il se leva et enleva la veste en cuir qu’il jeta par terre sous l’œil un peu inquiet de son ami d’enfance. Sans lui laisser plus de temps pour se mettre en garde, Blay fut sur lui, les renversant tous deux par terre, à cause de ce fauteuil style Louis XV qui ne tint pas au poid combiné de deux guerriers vampires en pleine forme. Qhuinn s’était recroquevillé pour prendre les coups, plaçant ses bras devant son visage. Blay les écarta avec difficultés, emprisonnant les poignets de sa proie au dessus de sa tête… et plongea en avant pour lui mordre la lèvre, la transperçant d’une de ses canines.
Il s’était toujours douté que le sang de Qhuinn aurait une saveur particulière pour lui. Après tout… le sang de la jeune fille qui l’avait servi lors de sa transition lui avait apparu écoeurant de douceur… Comme une glace à la vanille au bout du troisième litre, celui des Elues était certes puissant, mais comme un vin de bourgogne, il tapait vite le système et celui de Saxton… Certes très bon et subtil lui laissait comme un manque dans la bouche. Le sang de Qhuinn ? Quelques gouttes tombées sur sa langue et tout son corps se tendait comme après une décharge éléctrique, un coup de fouet qui atterit directement dans son entrejambe. Il releva la tête et regarda Qhuinn, la lèvre ensanglantée et les yeux écarquillés.
-          Tu m’aimes… Et ?? Tu crois que ça suffit d’avoir admis ça alors que tu le savais depuis… (Il lâcha un ses bras et frappa la poitrine du brun avec le poing fermé.) Ca ne suffit pas, Qhuinn ! J’ai eu mal ! A chaque fois que je te croisais, j’entendais ta fichue sentence : « Prends soin de toi » ! Et je sais ce que ça veut dire, Qhuinn ! Ca veut dire : Dégage ! Et tu me l’as dit à moi ! A MOI !
Il serra à nouveau le poing et l’abattit sur la tempe de Qhuinn qui prit le coup en grimaçant mais toujours sans se protéger. Comme s’il acceptait sa punition.
-          J’ai tout fait pour essayer de t’oublier, de te laisser vivre ta putain de vie pourrie avec l’Elue que t’as foutu en cloques ! Loin de moi ! J’ai essayé ! (Blay laissa retomber sa main.) Et j’ai pas pu… J’arrive pas… J’arrive pas à t’oublier… J’arrive pas à ne plus réver de toi quand je dors… Et donc…
Qhuinn se lécha la lèvre ouverte avec une crispation de douleur et glissa sa main libre sur la joue de Blay où perlait une larme de rage ou de tristesse… ou des deux.
-          Et donc… Tu n’as pas confiance.
-          Non ! c’est…
-          Si. Tu n’as plus confiance en moi. Et vu ce que je t’a fait subir… Putain, à ta place, je me serais latté les couilles jusqu’en Chine. Mais… Dés que j’ai pu bander, c’était pour toi. A chaque fois que j’ai… baisé quelqu’un… C’est à toi que je pensais. Et à chaque fois que j’allais mal… C’était toi qui me réconfortais, même quand tu n’étais pas là. Seulement…
Qhuinn soupira et approcha la tête de Blay de la sienne jusqu’à ce que leurs front se touchent.
-          Seulement, j’ai été élevé comme la saloperie qu’on laissait dans le placard parce que c’est moche, parce que ça sert à rien mais qu’on a pas eu assez de couilles pour tuer à la naissance. Ca ne se fait pas. Ca existe que dans les contes que le Prince transforme la grenouille. Tu sais quoi ? J’en ai marre d’être une grenouille. J’en ai marre qu’on m’ait fait ça parce que je vaux tellement plus que ça et TU vaux tellement plus que ça.
L’émotion leur noua la gorge à tous les deux, alors qu’ils étaient plongés dans les yeux l’un de l’autre. Les mots refusaient de venir mais ils savaient tous les deux qu’il n’y avait plus rien à dire. Le Cœur ne s’exprime pas par la voix. Baissant la tête, Blay happa la lèvre martyrisée de Qhuinn et la lècha doucement. Une sorte d’excuse et c’était bien de Blay de s’excuser pour une punition. Qhuinn répondit en emprisonnant cette langue entre ses lèvres pour le forcer à s’arréter. Il ne voulait pas que Blay s’excuse, surtout pour ça… Parce qu’il avait adoré. Il frotta son entrejambe raidi contre la cuisse de Blay pour lui prouver, provoquant un gémissement des plus sensuels.
Ils haletèrent un instant dans la bouche l’un de l’autre et se regardèrent avec la même lueur de désir fou dans le regard. Blay se redressa et enleva son T-shirt d’un geste brusque tandis que Qhuinn se débattait avec ses propres vétements. Ils décidèrent d’un commun accord que la barrière de tissu et de cuir qui les couvraient était décidèment de trop et s’arrachèrent mutuellement les vétements pour les jeter plus loin. C’est étonnant comme des vètements en cuir, pourtant portés pour leur résistance aux coups de couteau, peuvent céder vite devant la passion de deux mâles en rût. Qhuinn, qui s’était relevé en même temps que Blay pour arracher ce fichu pantalon qui le compressait dangereusement, se retrouva repoussé contre le canapé qui grinça de protestation sous le poids et qui recommença quand Blay se jeta sur Qhuinn pour lui dévorer la bouche. Il finit même par céder complètement quand le brun retourna son amant pour pouvoir le préparer des lèvres et de la langue, appuyé contre un accoudoir qui ne pensait pas servir à ça un jour.
La table basse pensa en réchapper… Jusqu’au deuxième round et elle céda assez facilement lors de l’orgasme de Blay dans la bouche de Qhuinn. Les pieds de la table volèrent à l’autre bout du salon dans un grand craquement alors que le reste du mobilier retenait son souffle devant la tornade sexuelle qui les détruisait un à un.
 
 
 
Des heures plus tard, après s’être explorés mutuellement et avoir apaisé le feu qui les dévoraient depuis si longtemps et sans doute seulement temporairement… Blay se redressa de sa sieste en repoussant gentiment le bras de Qhuinn et considéra la pièce, qu’il avait connu policée et propre et qui était devenu un champs de bataille.
-          Diantre…
Qhuinn se mit à sourire dans le dos de Blay et se déplaça pour lui embrasser l’épaule.
-          Tu sais, Bébé… Je crois qu’on peut se permettre un Putain de bordel de merde bien violent pour le coup.

Pyrine

Age : 37
Date d'inscription : 25/06/2012
Localisation : Dans la Tour du Commodore
Messages : 247
Points : 288

http://toxicsanguines.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 7: Vérité... et? :: Commentaires

Message le Sam 9 Nov - 16:33 par CopGirl

Ah Pyrine!magnifique chapitre, quel bonheur d'avoir un nouveau chapitre de cette histoire, surtout avec une suite de cette qualité.j'ai vraiment adoré et ri au debut avec la phrase "briser les genoux" c'est bien toi ça!

ce chapitre est plein d'emotion et me fait oublier l'horrible "lover at last" serieusement Ward devrait prendre des cours!


ma phrase preférée :

 Surtout qu’il y a des choses bien plus intéressantes que tes lèvres pourraient entourer…!!!

la phrase la plus chou qu'il m'ai été donné de lire :

Mon plus grand fantasme te concernant est de dormir la tête contre ton ventre pendant que tu me caresses les cheveux et que tu lis un livre.

merci donc pour cette suite tant attendue et continue dans cette voie, tu as beaucoup de talent.

a bientot.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 10 Nov - 19:54 par Ln

merci super chapitre comme d'habitude

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 28 Jan - 20:59 par Ln

Une suite est elle en cours ?

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 1:05 par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum