That look you give that guy - chapitre 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

23022013

Message 

That look you give that guy - chapitre 2




Disclaimer : les personnages de la BDB appartiennent à J.R. Ward, néanmoins, le beau gosse inconnu au bataillon qui va surgir du néant, lui, il est sous Amyright. (oui, c’est ma version personnelle des copyrights). Pas touche sans autorisation.

Je dédie cette fic à Esmée.




That look you give that guy




2




C’est Fhurie qui nous a ramené Rhain, en plein milieu d’une nuit d’hiver où tous les Frères étaient sortis se geler le cul dans le froid de novembre. Fhurie n’était pas en service, ce jour-là, et il avait espéré une nuit tranquille dans les bras de Cormia. C’était tombé à l’eau avec les coups sourds et brutaux qui avaient secoué sa porte du Manoir des Adirondacks où les protégées du Primâle vivaient.

Les Élues avaient gravement flippé quand il avait ouvert la porte sur ce mâle imposant à l’allure débraillée, mais toutefois menaçante. C’est ce que Fhurie nous a raconté.

Et pour cause.

La première fois que je l’ai aperçu, dans le hall immense du Manoir, j’ai reçu comme un putain d’électrochoc. Le mec était salement mal en point, en dépit des soins d’urgence que Fhurie lui avait prodigué. Indubitablement, c’était un guerrier, il en avait la carrure, les muscles, et surtout, l’aura. Il émanait de lui des vagues de menaces et de force brute.

La pluie battante, au dehors, avait trempé le cuir de ses vêtements, qui lui collaient au corps comme un linceul, dessinant chacun de ses muscles sous le tissu noir. Il gardait la tête basse et les épaules voutées, mais tout en lui criait qu’il était prêt à bondir s’il se sentait menacé.

Sa main droite, le long de son corps, portait encore les marques rouges et brunes de quelque chose que j’identifiais, à l’odeur, comme du sang. Quel sang ? Le sien, ou celui d’un autre ?

À cette pensée, je sentis tout mon être se crisper. Je n’osais pas descendre de la galerie supérieure, car il était désormais entouré par presque toutes les shellanes, sans oublier Fhurie. Bientôt, le tableau sous l’escalier pivota pour laisser entrer Vishous et Jane, en direct de la Piaule. Ils parlaient fort, et avec animation, mais je ne me souviens de rien.

Je suis incapable de prononcer un mot lorsqu’ils finissent par emmener ce type inconnu dans le couloir qui mène à la clinique privée de la Confrérie.


* * *


Rhain.

Il s’appelle Rhain.

Ce nom roule sur ma langue et dans ma bouche, et je ne sais pas pourquoi, je ne peux pas m’empêcher de le répéter, comme ça, pour moi-même, à voix haute ou dans un murmure, à n’importe quel moment de la journée.

Rhain.


Il a un prénom comme un talisman, un nom qui coule comme de l’eau dans ma gorge, un nom doux et puissant qui me colle des frissons dans la nuque.

Rhain.

Putain, j’aime ce prénom au moins autant que le mec lui-même. Je n’ose pas m’approcher de lui. Pourtant, je me passe en boucle le film des quelques instants que j’ai pu grappiller en sa présence. Les repas, cette façon qu’il a de manger en bout de table, une main posée sur sa cuisse et les yeux toujours en alerte comme si quelqu’un allait lui piquer son assiette.. Les moments où je le vois passer, dans le hall ou le couloir, de sa démarche à la fois assurée et craintive, très légère, comme s’il ne voulait pas qu’on l’entende.

Rhain ne parle pas beaucoup. À personne. On ne sait pas trop qui il est, et je ne sais pas pourquoi les Frères ont décidé de lui faire confiance, mais il me semble que V et sa mère ont quelque chose à voir là-dedans. Quand V parle, on l’écoute, et si le mec a décrété que Rhain devait rester, alors Rhain reste. Et franchement, je crois que je n’ai jamais autant apprécié V et ses yeux flippants que depuis qu’il a permis à Rhain d’arpenter les couloirs du Manoir.

Bordel, ce type m’obsède totalement.

Il est beau, terriblement beau, mais beau à sa manière. Rhain a l’air d’un putain d’animal sauvage et indomptable, il n’approche rien ni personne et semble toujours craindre quelque chose. Pourtant, il a l’allure sévère et droite des combattants chevronnés, et j’ai entendu dire que les autres le voyaient souvent au gymnase de la Confrérie. Il paraît qu’il frappe dans les sacs de sable aussi fort que Zadiste, ou même Rhage. Je ne parviens pas à savoir si c’est absolument sexy, ou carrément flippant.

Il est un mystère pour moi. Je crève d’envie, parfois, d’aller lui parler, mais à chaque fois, je me retranche derrière mes bouquins et mes textes de loi et je n’ose pas sortir de mon trou.

Ça me fait peur je crois. Ces espèces de pulsions, de pensées qui me traversent quand il est à proximité. Avant, je pensais que mon cœur resterait bousillé à jamais quand Blay m’a quitté pour Qhuinn. Mais quand Blay entre dans la pièce où Rhain se trouve déjà, je suis incapable de détourner mon regard du nouveau. Blay pourrait être une plante en pot, je jure que je ne lui accorderais pas plus d’importance dès l’instant où Rhain est à proximité. Je me fiche la trouille à moi-même face à l’irrationalité du truc. Je crois que Rhain et moi, on ne s’est même jamais adressé la parole pour autre chose que « passe-moi le sel ».

Bien sûr, je ne vais pas mentir et dire que je ne pense jamais à Blay ou que je suis totalement guéri, non. C’est juste que… c’est juste que depuis que Rhain a franchi le seuil du Manoir, j’ai l’impression d’avoir grillé des neurones, et notamment ceux de la réalité. J’ai l’impression qu’un truc m’échappe, ou qu’il manque un truc dans ma vie, rayez la mention inutile. Y’a ses yeux dans mes rêves et ses mains dans mes fantasmes. Blay n’existe plus que dans les vieilles entailles, les anciennes cicatrices sur le cœur.

Rhain a plus de réalité que n’importe quoi dans mon univers, en dépit de son silence, du manque total de lien entre nous. Chaque inspiration qu’il prend me le rend un peu plus proche de moi, et je rêve qu’un jour nous le serons vraiment.


* * *


Rhain passe mal de temps, depuis quelques jours, en compagnie de V et Z. Ils ont sûrement des trucs en commun, des choses à se dire, pour se fréquenter aussi régulièrement. Les autres Frères les dévisagent d’un air entendu, comme s’ils partageaient un quelconque secret qui m’est inaccessible, et c’est un fait, cet élan de colère, de douleur et de peine mélangées, c’est de la jalousie. Je suis salement jaloux, parce que je suis le premier à désirer sa présence à mes côtés. Sauf que moi, je ne suis pas un Frère, pas même un guerrier, et que je n’ai même jamais osé lui parler.

Rhain est gaucher. Ça m’a frappé la première fois que je l’ai vu couper sa viande. C’est étonnant, parce que les gauchers sont extrêmement rares. Pourtant, il a les gestes hésitants et parfois maladroits, et ça n’est pas du tout raccord avec le mec ou le reste de son attitude. Rhain n’est ni maladroit ni hésitant, il a l’assurance du type qui en a buté des tonnes, n’éprouve aucun remord et le refera si nécessaire sans douter un seul instant d’y parvenir. À côté de ça, il se tient souvent les épaules voutées, ou les pieds en dedans, comme s’il cherchait à se protéger de quelque chose, ou de quelqu’un, ou comme si sa propre carcasse était trop lourde pour lui.

Il me fascine. Il a les cheveux d’un blond sale et délavé, des yeux couleur d’orage, et le sourire triste de celui qui a été écrasé au rouleau compresseur. Il a le corps d’un guerrier et l’air d’un enfant perdu et brisé. Je ne le vois jamais vêtu autrement qu’en pantalon de cuir et pull à manches longues, comme une copie aux cheveux longs de Zadiste. Quand il ne combat pas, il se promène pieds nus sur le carrelage froid, mais ça n’a jamais l’air de le gêner. On dirait qu’il cherche à s’ancrer dans la réalité.

Rhain boit n’importe quel alcool comme si c’était de la flotte. J’avais jamais vu ça. Il prend tout ce qui passe et le descend cul sec. Cependant, il finit rarement bourré, ce qui est assez incroyable à mon avis. Goose, Lagavulin, Herradura, et même les cocktails dégueulasses de Lassiter y passent sans rechigner. Il avale tout.

Il ne m’excite jamais autant que lorsqu’il s’allonge sur le canapé, chevilles croisée, ses pieds nus sur l’accoudoir et ses longs doigts presque trop fragiles pour être ceux d’un combattant serrés autour d’un verre quelconque. Dans ces moments-là, il détache souvent ses cheveux, qu’il retient d’ordinaire dans une queue de cheval ou une tresse bien serrée, et la masse blonde et terne de sa chevelure s’étend sur le cuir noir, dévale vers le sol. Je rêve d’y passer les doigts.

Je ne parviens pas à savoir si il s’en rend compte ou non, mais je passe énormément de temps à l’observer. Je passe beaucoup plus de temps qu’avant dans le salon dans le seul espoir de l’y trouver également. Quand je l’y trouve, je reste là, en retrait sur un fauteuil Louis-Philippe, et je le regarde descendre verre après verre sans mot dire, je reste juste là à le regarder et à m’imprégner de ses gestes, de sa présence. J’ai l‘impression d’avoir douze ans, d’être une nana en manque et je m’attends presque à finir par lui écrire des poèmes dans mon journal intime.
À l’aide.


* * *

Amy W.Key

Age : 23
Date d'inscription : 25/01/2013
Localisation : Nantes
Messages : 132
Points : 149

http://www.fanfiction.net/~amywkey

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

That look you give that guy - chapitre 2 :: Commentaires

Message le Lun 4 Mar - 9:33 par zermouda

Hé leelane,

je passe juste te dire merci. Toujours un plaisir de te lire. Je crois que j'ai deviné la phrase pour laquelle tu voulais que ton guerrier soit blond Very Happy

J'attends le 3 avec impatience

Li bizou

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 4 Mar - 12:44 par athena

Toujours aussi bien. J'attends comme tout le monde la suite avec impatience. Merci pour le partage.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 1 Avr - 22:22 par Founa

je plonge jusqu'au 3 ^^

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 3:56 par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum